La Pie Ratée répond au Président français.

Tout en sachant que cet article-réponse n’aura aucune influence majeure, l’exercice sincère au delà d’être amusant sur l’instant l’est beaucoup moins lorsque nous savons que l’oligarchie connaît très bien les réponses idéales pour l’intérêt du plus grand nombre et sait exactement ce que pensent les gens. Se sentir obligé de poser ces questions, cela indique notamment à quel point le fossé, entre l’élite gouvernante et la masse du peuple, est profondément creusé.
La Pie Ratée prend ses responsabilités, à son niveau, décide d’emprunter aussi le chemin imposé, tout en connaissant la manœuvre. Pendant que ça parlotte, les jours, les semaines et les mois passent. La caste dirigeante joue la montre et espère l’impatience et le découragement. 40 ans, au moins, de cinéma dans le même style, ça suffit !
Les réponses seront résolument concises, le plus possible et la plupart du temps. Nul besoin de palabrer au final. Il n’y a plus de temps.

Voici la réponse de la Pie Ratée aux questions adjointes à la lettre de monsieur MACRON, dimanche dernier (d’après l’article du JDD).

Premier thème : les impôts, les dépenses et l’action publique

  • Comment pourrait-on rendre notre fiscalité plus juste et plus efficace ?
    En appliquant la notion d’équité et non seulement d’égalité.
  • Quels impôts faut-il à vos yeux baisser en priorité ?
    La TVA, l’anéantir en premier lieu pour tous les produits de première nécessité (alimentation et santé).
  • Quelles sont les économies qui vous semblent prioritaires à faire ?
    Calquer vos rythmes de vie sur vos homologues scandinaves (en parler à madame Eva Joly si nécessaire).
  • Faut-il supprimer certains services publics qui seraient dépassés ou trop chers par rapport à leur utilité ?
    L’Élysée, les ministères, le Sénat, l’Assemblée nationale, le conseil constitutionnel, tels qu’ils sont régis actuellement. Nous rappelons la nécessité absolue de recourir au RIC. Nous comprenons qu’il vous faille du temps pour intégrer l’idée puisqu’elle est tellement aux antipodes de votre fonctionnement pyramidal actuel mais puisque nous ne lâcherons pas, vous allez céder. Soyez honorable, rendez le pouvoir au peuple.
  • A l’inverse, voyez-vous des besoins nouveaux de services publics et comment les financer ?
    Nouveaux? Non, mais inverser radicalement les coupes budgétaires sur les services déjà existants. Financement : 100 milliards d’euros de fraude fiscale/an.
  • Comment mieux organiser notre pacte social ?
    Application immédiate et sans concession de l’équité.
    Une société c’est comme une famille, comme…à l’armée. Avez-vous fait l’armée ?
    Les premiers vont chercher les derniers. Tout le monde avance, ensemble. Personne n’est laissé derrière. Ça s’appelle la cohésion.
  • Quels objectifs définir en priorité ?
    4 millions de personnes mal logées dont 143 000 sans domicile. (source : La Fondation Abbé Pierre 2018) : TOP priorité ! Faites déjà ça, on verra pour la suite après.
    Et en soi, respecter à la lettre la déclaration des droits de l’Homme (tous les Hommes) et du citoyen.

Deuxième thème : l’organisation de L’État et des collectivités publiques

  • Y a-t-il trop d’échelons administratifs ou de niveaux de collectivités locales ?
    Non. Si la fiche de poste est justifiée pourquoi continuer de supprimer des postes ?
  • Faut-il renforcer la décentralisation et donner plus de pouvoir de décision et d’action au plus près des citoyens ?
    Oui, ça aide à savoir de quoi on parle en étant aux contacts.
    Comme ce n’est pas le cas ou du moins, de moins en moins, ce sont les citoyens qui viennent à vous et puis vous nous avez invité à venir vous chercher, vous et votre caste.
  • A quels niveaux et pour quels services ?
    Communauté de communes et communes, ce qui ne veut pas dire plus de pouvoir au maire. Il faut cesser les organisations pyramidales. Elles sont extrêmement fragiles, pour commencer, par le caractère relativement éphémère de la présence « du grand chef » mais son caractère faillible et potentiellement corruptible.
    Des assemblées de citoyens (plus ils sont nombreux en leur sein, mieux ce sera) doivent être mises en place. Statuer, participer à la réinvention et au développement de la vraie démocratie, cela doit être vécu par le plus grand nombre afin aussi de toute évidence permettre les meilleurs résultats d’intégration par le peuple de cette organisation.
    Comme nous finirons par obtenir le RIC, il va falloir s’organiser localement en terme de moyens humains et techniques.
  • Comment voudriez-vous que l’État soit organisé et comment peut-il améliorer son action ?
    Assemblée citoyenne, constituante, tirage au sort de députés temporaires, 1 an voire 2 ans d’exercice. Éradiquer les politiques de métier. Soutien des structures par des spécialistes juridiques et dans tous les autres domaines, impliquer notamment et obligatoirement les universitaires, les docteurs et chercheurs.
  • Faut-il revoir le fonctionnement de l’administration et comment ?
    Oui, à chaque étape de son organisation, cela doit être observé, débattu et modifié par l’Assemblée citoyenne.
  • Comment l’État et les collectivités locales peuvent-ils s’améliorer pour mieux répondre aux défis de nos territoires les plus en difficulté et que proposez-vous ?
    En laissant le peuple prendre son envol, en cessant de le considérer comme un enfant irresponsable. Lui laisser le pouvoir de s’auto-gérer par lui-même et pour lui-même.
    Mais aussi, par exemple, réduire les coûts en énergie dans les bâtiments de l’administration.
    Lorsqu’en plein hiver, nous voyons des personnes en chemisier ou chemisette alors qu’il fait dans les pièces plus de 25°c, ce n’est pas normal. La température idéale dans une pièce de vie est 20°c. Que l’administration porte des vêtements de saison.
    Redonner ou donner ces lettres de noblesse à la police et ses « gardiens de la paix ».
    Qu’ils puissent également sortir de leur devoir de réserve. Cela paraît cohérent s’ils sont dans un optique de proximité avec la population dont ils font également partie. On n’échange pas, il n’y a pas de lien avec des langues de bois.

Troisième thème : la transition écologique

  • Comment finance-t-on la transition écologique : par l’impôt, par les taxes et qui doit être concerné en priorité ?
    Faire une cagnotte Leetchi ! C’est la mode en ce moment.
    Les concernés en priorité ? L’industrie des carburants fossiles dont les pétroliers et l’industrie de l’automobile. Surtaxer les pays et les entreprises les plus pollueurs et envisager dans certains de cesser tous accords commerciaux.
  • Comment rend-on les solutions concrètes accessibles à tous, par exemple pour remplacer sa vieille chaudière ou sa vieille voiture ?
    Dans notre société capitaliste, la réponse est impossible à exprimer.
    C’est « un peu » se moquer des gens, encore une fois, d’oser poser la question.
    Comment un retraité de 75 ans fait avec sa petite retraite pour changer sa chaudière à bois mal adaptée ? Comment les travailleurs silencieux, les intérimaires galériens devenant progressivement gilets jaunes font pour changer leurs véhicules afin de satisfaire aux nouvelles normes du contrôle technique (même s’il y a eu un report de 6 mois annoncé en décembre dernier par le premier ministre) ?
    Sommes-nous dans cette aberration où si nous n’avons pas d’argent, nous mourrons et c’est la misère permanente ?
    En bas, les plus modestes, les plus nombreux, passent leurs vies à payer et à compter le moindre euro pour mettre de côté des rêves impayables.
    Vous et votre caste en avez plus que de raison et plus vous en avez, moins vous en payez. Payez-vous vos frais de déplacement ? Payez-vous votre nourriture ? Votre loyer ? Mais d’ailleurs avec votre salaire, que payez-vous ?
  • Quelles sont les solutions les plus simples et les plus supportables sur un plan financier?
    Il n’y a pas de solutions simples à des problèmes rendus compliqués par la dépendance maladive au pétrole et surtout au capital. Lorsque l’on parle d’avenir, d’un futur possible, d’épargner d’énormes souffrances et des millions (potentiellement des milliards) de morts, les considérations financières sont de la petite monnaie voire dérisoires. La vie n’a pas de prix, devons-nous vous le rappeler encore et encore ? Donc c’est ça votre conception de la société ? Pas d’argent donc tout le monde crève ?
  • Quelles sont les solutions pour se déplacer, se loger, se chauffer, se nourrir qui doivent être conçues plutôt au niveau local que national?
    Cultiver le temps long. Il y a un siècle encore on se déplaçait à cheval.
    Pourquoi courir lorsqu’il suffit de « marcher » ?
    Oui évidemment les communes et les communautés de communes doivent mettre en place les moyens de produire la nourriture pour leurs habitants.
    Institutionnaliser l’alimentation en lien avec les saisons : on ne mange pas de tomates « fraîches » en hiver, par exemple.
    Se chauffer ? Le solaire, la géothermie, l’éolien, replanter massivement des arbres y compris dans les villes pour pouvoir faire son bois et surtout invalider les permis de construire lorsque la construction n’est pas au niveau des enjeux (regardez de nouveau vers le Nord, en Finlande par exemple, ils savent construire pour lutter contre le froid).
    Se loger ? Un logement déclaré vide peut et doit être occupé. De plus, la Nature n’aime pas le vide.
    Quelles lois favorisent la propriété à la mise à l’abri d’hommes femmes et enfants ?
    Ce sont elles les ennemis de la République. Si la République l’accepte, elle doit se transformer en autre chose.
  • Quelles propositions concrètes feriez-vous pour accélérer notre transition environnementale ?
    Couper tous les éclairages publics après minuit, au moins (sauf les éclairages dans l’environnement immédiat des services d’urgence : police, gendarmerie, hôpitaux).
    Faire craindre aux citoyens qu’ils seront agressés parce qu’il fera nuit est misérable.
    Nous sommes d’autant plus en sécurité lorsque nous sommes accompagnés, bien que ces derniers temps, avec le terrorisme cela soit relatif.
    Rappelons tout de même que les situations qui se déroulent bien sont incommensurablement plus nombreuses que les situations d’agression.
    De plus, lorsque l’on a un rythme de vie « normal » au sens biologique du terme, il n’y a pas de raison répétée pour le plus grand nombre de se déplacer après minuit.
    Interdire la publicité lumineuse.
    Ces deux mesures à prise d’effet immédiate.
  • Comment devons-nous garantir scientifiquement les choix que nous devons faire à cet égard ?
    Principe de précaution et le bon sens.
    Nous ne mettons pas en place un dispositif si nous n’avons pas la certitude de son impact zéro sur l’environnement et la vie en général. Évidemment cela remet en cause bon nombre de choses déjà existantes (médicaments, technologies : téléphone, wi-fi). A la seconde où nous avons constaté et compris l’impact négatif de l’utilisation des carburants fossiles, nous aurions du raisonnablement agir immédiatement pour cesser son utilisation et mettre en place des alternatives.
    C’est ça être irresponsable, monsieur MACRON, ne pas l’avoir fait !
  • Comment faire partager ces choix à l’échelon européen et international pour que nos producteurs ne soient pas pénalisés par rapport à leurs concurrents étrangers ?
    Par la science, par l’expérience et la connaissance du terrain. Les scientifiques se bousculent aux différents portillons en livrant des éléments de preuves concrètes depuis déjà plusieurs décennies.
    Nous parlons de survie de l’espèce humaine. A un moment donné, il y a un peuple français souverain ou il n’y en a pas. Si les autres pays ne comprennent pas que si on laboure trop, si on s’entête à détruire la structure du sol, on finit par tuer le sol donc sa capacité à produire des aliments, on finit par vite affamer tout le monde.
    Si les autres pays ne comprennent pas qu’il est inutile d’éclairer des rues désertes la nuit alors que la majorité des gens dorment et qu’au pire les véhicules sont à même d’éclairer leurs déplacements, il est logique de penser que ces pays ont des soucis peut-être d’ordre mental et ça les regardent. Nous savons, nous n’avons pas d’autre solution raisonnable que d’agir en conséquence.

Quatrième thème : la démocratie, l’immigration et la laïcité

  • Faut-il reconnaître le vote blanc ?
    OUI ! Si vous avez le courage de respecter réellement le peuple. Cela rendra plus démocratique le processus électif et ouvrira le champ des possibles et d’adhésion générale.
  • Faut-il rendre le vote obligatoire ?
    Faut-il déterminer le vote comme un devoir citoyen ? Oui ! Sauf si le vote blanc n’est pas pris en compte.
    Faut-il déterminer donc que pour faire société et être français il y a des obligations ? Oui ! Le vote doit en faire partie et c’est même déterminant.
    Être français c’est être un citoyen responsable. Faire société implique des règles.
    Un français qui n’a pas voté parce qu’il n’a pas voulu, n’a pas le droit de se plaindre, n’a pas le droit de manifester, ses droits peuvent être altérés.
  • Quelle est la bonne dose de proportionnelle aux élections législatives pour une représentation plus juste de tous les projets politiques ?
    RIC, une Europe sociale avant tout et pas dans 10 ans. Pour avant hier, merci !
  • Faut-il, et dans quelles proportions, limiter le nombre de parlementaires ou autres catégories d’élus ?
    RIC, assemblée constituante, citoyenne (peut-être serait-il bon d’utiliser la voie numérique afin d’impliquer le plus grand nombre à moindre coût, cela éviterait notamment de facturer au peuple des centaines de millions d’euros de frais de déplacement et d’entretenir des palais déconnectés de la réalité).
  • Quel rôle nos assemblées, dont le Sénat et le Conseil Économique, Social et Environnemental doivent-elles jouer pour représenter nos territoires et la société civile ?
    RIC, assemblée constituante, citoyenne. Cessez de vouloir sans arrêt nous refourguer vos structures oligarchiques.
  • Faut-il les transformer et comment ?
    RIC, assemblée constituante, citoyenne.
  • Quelles évolutions souhaitez-vous pour rendre la participation citoyenne plus active, la démocratie plus participative ?
    Respecter les promesses, respecter les résultats des référendums, ce sera un bon début. Et…le RIC !
  • Faut-il associer davantage et directement des citoyens non élus, par exemple tirés au sort, à la décision publique ?
    OUI ! Cela changera des flash-balls.
  • Faut-il accroître le recours aux référendums et qui doit en avoir l’initiative ?
    OUI ! Le patron, c’est-à-dire le peuple.
  • Que proposez-vous pour améliorer l’intégration dans notre Nation ?
    Des cours de sociologie renforcés pour les acharnés des frontières.
  • En matière d’immigration, une fois nos obligations d’asile remplies, souhaitez-vous que nous puissions nous fixer des objectifs annuels définis par le Parlement ?
    Oui, mais non pas par le Parlement dans son état actuel. RIC.
  • Que proposez-vous afin de répondre à ce défi qui va durer ?
    Que tout le monde peut être français si l’on sait parler et écrire le français (les fautes sont permises dans une certaine mesure, notre langue fait partie des plus complexes, l’important est de se comprendre), si on réside en France, si à la demande de nationalité l’individu a un casier judiciaire vierge ainsi que dans son pays d’origine (dans la condition où cela soit recevable : on ne peut pas refuser la nationalité à une personne s’étant opposée aux forces de son pays si ce pays est une dictature, par exemple). Nous avons un devoir envers l’Humanité, il est temps de cesser de baisser les yeux et d’avoir honte de notre gestion de l’humain.
  • Comment renforcer les principes de la laïcité française, dans le rapport entre L’État et les religions de notre pays ?
    Les religions appartiennent au domaine privé. Cependant nous considérons que dans la mesure où l’aspect de la personne respecte la décence (y-a-t-il une religion où l’on doit être nu ? Bien que si la nudité n’était plus encerclée par le tabou nous règlerions bon nombre de problème) et le civisme (on ne se recueille pas n’importe où et nous imaginons n’importe comment), sa liberté ne doit pas être atteinte.
    Cessons d’opposer le domaine public et la religion.
    Les religions font partie de l’histoire du monde et forcément de la France.
    Le culte est considéré comme normal, comme possible, comme libre.
    La culture d’un pays est comme un enfant qui se construit au hasard des voyages et des rencontres, elle évolue. Le monde, la France, ne se sont pas fait en un jour et depuis tout est resté figé. Non et heureusement.
    La laïcité doit être une zone de neutralité, une zone privilégiée de rencontre.
  • Comment garantir le respect par tous de la compréhension réciproque et des valeurs intangibles de la République ?
    En s’assurant du caractère irréprochable des représentants de cette République.
    Prévoir de sanctionner les fautifs, de trahison à la hauteur de l’impact de leurs actes sur la société. Être élu, même temporairement doit être considéré comme une mission sacrée.
    Dans le cas d’assemblée citoyenne, les participants devront avoir un casier judiciaire vierge.
    L’exemple est une vertu. Elle doit être sacralisée. Elle ne peut pas être rachetée, ni par de l’argent ou autres valeurs de pouvoir, ni par un temps de pénitence ou de prison. C’est en cela que les représentants de la Nation (au delà de la notion de République) doivent prendre pleinement conscience de leurs responsabilités, de ce que cela implique d’être un représentant de la France. Chacun doit bien saisir les conséquences qu’impliquent des actes futurs avant de les réaliser.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s